L'invité de bleu la rochelle
Fermer
x
Commentaires
Loading...
Laisser un commentaire
Valider

UGNIC N°63
SEPTEMBRE 2021

L’ÉDITO DU MOIS

RÉDACTION

Directeur de la publication
Anthony BRUN

Rédactrice en chef
Émilie CHAPALAIN

ÉQUIPE

Dylan BOURGEOIS
Bastien BRUSAFERRO
Mathilde DAEMS
Doriane DECOURT
Marine DURAND
Marine MAUCOUARD
Chloé RICHARD
Chloé STERBAC-GIRY

Chères collègues viticultrices, chers collègues viticulteurs,

Enfin nous arrivons à cette période tant attendue : celle de la récolte, fruit du travail d’une année… et quelle année ! Je suis sûr que nous partageons tous le même constat : l’année 2021 aura été pour nous viticulteurs, une année particulièrement éreintante.

Dès le 1er janvier, en plus de la Covid, nous avons subi de manière brutale, l’incertitude liée aux taxes américaines. Puis, au moment où les craintes relatives à cette taxe commençaient à se lever, nous avons débuté notre année végétative en passant plus d’une dizaine de nuits pour certains, à veiller sur nos ceps de vigne, malheureusement, pour parfois juste constater les dégâts. Cette année a commencé par une période plutôt sèche. Elle est aussi marquée par la pluviométrie excessive des mois de juin et juillet avec les conséquences que l’on a tous vues, celles de devoir être au chevet de nos vignes pour pouvoir maîtriser la végétation et l’enherbement.

Il nous a fallu aussi et surtout être plus que vigilants vis-à-vis d’une potentielle explosion des maladies. En effet, le contexte propice au mildiou a nécessité de la part de chacun d’entre nous des passages réguliers pour pouvoir garantir notre potentiel de production.

L’heure du bilan définitif est bientôt là, mais les premiers signaux qui nous ont été renvoyés sont plutôt positifs. Les estimations de récolte issues de la Station Viticole notamment, nous laissent présager une récolte moyenne de l’ordre de 110 hl/ha. Nous avons été nombreux à en douter au lendemain du gel. Bien sûr, cette production va devoir être abondée par la réserve climatique. Ce qui nous a amenés à valider un rendement à 14,84 hl AP/ha pour en permettre la libération partielle. Cet outil va encore démontrer tout l’intérêt qu’il présente pour notre filière en plus d’être une bouée de sauvetage pour les viticulteurs, qui malheureusement auront été impactés par le gel. Il va permettre de mettre sur les marchés les besoins estimés et ainsi répondre aux attentes de nos consommateurs.

Je sais que certains d’entre vous diront qu’au lendemain de cette récolte, l’assurance que peut représenter cette réserve aura chez de nombreux viticulteurs disparue. Pour autant, nous ne pouvons qu’espérer que ce soit pour mieux la reconstituer demain. L’objectif affiché de la filière de pouvoir avoir près de 500 000 hl AP de réserve climatique en stock devient de plus en plus important pour notre avenir. C’est d’ailleurs pour cela qu’à la demande de votre syndicat, un travail va être engagé au niveau de l’Interprofession pour renforcer encore notre suivi sur la réserve climatique dans le cadre du Business Plan.

Pour terminer, je tiens à souligner qu’au cours de cette année compliquée beaucoup de vignobles ont été plus impactés que nous. Le fruit de nos efforts, que ce soit ceux de cette année, comme ceux déjà engagés notamment par le renouvellement de nos vignes, nous permet d’avoir un niveau de récolte dans la moyenne des dix dernières années. Félicitations à tous pour ce travail de tous les instants, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter d’excellentes vendanges.

Anthony BRUN, Président de l’UGVC

Aller en haut de la page