L'invité de bleu la rochelle
Fermer
x
Commentaires
Loading...
Laisser un commentaire
Valider

UGNIC N°59
AVRIL 2021

L’ÉDITO DU MOIS

RÉDACTION

Directeur de la publication
Anthony BRUN

Rédactrice en chef
Émilie CHAPALAIN

ÉQUIPE

Dylan BOURGEOIS
Bastien BRUSAFERRO
Doriane DECOURT
Marine DURAND
Marine MAUCOUARD
Chloé STERBAC-GIRY

Chères collègues viticultrices, chers collègues viticulteurs,

un mois de mars particulièrement chaud avec pour effet un débourrement précoce aux premiers jours d’avril, la nature nous a encore une fois rappelés à tous qu’elle est la plus forte.

À l’heure où j’écris ces lignes, il est difficile de réaliser un état des lieux précis mais les dégâts sont déjà malheureusement là sur certains secteurs et irrévocables. La période de risque de gel n’est pas terminée, espérons que le vignoble ne sera pas davantage touché.

J’ai par ailleurs une pensée pour nos collègues viticulteurs des autres bassins français lesquels, après avoir subi de plein fouet la crise sanitaire et les taxes US, viennent de voir leurs perspectives de récolte quasiment anéanties en seulement deux nuits.

Ces épisodes à répétition nous confortent dans la politique de l’UGVC d’avoir impulsé la CUMA Viti Cognac et de doter le vignoble de tours antigel. Mais le travail ne s’arrête pas là et le syndicat est en contact permanent avec l’administration afin que ces moyens de lutte puissent être utilisés le plus sereinement possible.

Autre élément et pas des moindres que je souhaite évoquer ici, c’est la dernière position du Conseil constitutionnel à l’approche de périodes de traitement. Comme dans chaque bassin viticole français, et à la demande du gouvernement, notre filière a travaillé à la riveraineté entre les vignes et les habitations en mettant en place des chartes responsables. Leur invalidation nous laisse aujourd’hui dans l’incertitude.

Lors de la venue du ministre de l’Agriculture en région fin mars, nous avons insisté sur le fait que nous avions répondu à toutes leurs attentes. Nombreux sont les viticulteurs ayant investi dans des panneaux récupérateurs notamment, pleinement conscients des enjeux environnementaux et des exigences sociétales.

Nous en appelons désormais une position claire et assumée du gouvernement afin que les viticulteurs connaissent les règles qu’ils doivent respecter sans risquer d’être dans l’illégalité.

Le syndicat continuera sans relâche à mettre la pression sur chacun des acteurs pouvant relayer cette position.

Anthony BRUN, Président de l’UGVC

Aller en haut de la page